Navigation

26 Les preuves scientifiques influencent moins les différences régionales dans la fourniture de prestations médicales qu’anticipé

 

Les maladies chroniques sont traitées différemment selon les régions. L’étude n’a trouvé aucune association entre la force de la preuve issue des directives médicales et la variation géographique. Les directives qui recommandent une prestation ont tendance à être davantage suivies que celles qui en déconseillent une.

Portrait / description du projet (projet de recherche terminé)

Dans un premier temps, les directives médicales sélectionnées ont été caractérisées en fonction de certains critères : La directive recommande t-elle ou déconseille t-elle une prestation médicale particulière ? Quelle est la force des preuves scientifiques sous-jacentes ? Dans un deuxième temps, les différences régionales dans la fourniture ou l’utilisation des 24 prestations médicales sélectionnées auxquelles les directives se réfèrent ont été analysées sur la base des données de facturation d’un grand assureur maladie suisse. Dans un troisième temps, la relation entre les caractéristiques des directives et la variation géographique de la fourniture de la prestation a été examinée – en tenant compte des caractéristiques personnelles de l’assuré et de son assurance. L’hypothèse était que des directives basées sur des données probantes conduisent à moins de variations géographiques dans la fourniture ou l’utilisation des prestations. Dans un quatrième temps, la relation entre l’observance des directives médicales et le niveau des coûts de la santé ainsi que la mortalité a également été analysée.

Contexte

La fourniture et l’utilisation de prestations médicales varie considérablement dans le temps et dans l’espace. D’importantes différences régionales peuvent indiquer une couverture trop limitée ou trop étendue des groupes de population. Cela a des implications significatives sur la santé de la population et les coûts de la santé – en particulier en cas de maladie chronique. Jusqu’à présent, l’influence des directives médicales sur le choix des prestations médicales n’était que peu connue.

Objectif

Le premier objectif de l’étude était de décrire les différences géographiques dans le traitement médical des maladies chroniques. Le deuxième objectif était d’étudier la manière dont les directives médicales affectent le choix du traitement et les différences géographiques qui s’y rapportent.

Résultats

L’étude n’a pas permis de démontrer que les directives médicales fondées sur des données probantes étaient suivies de manière plus consistante que celles fondées sur des preuves insuffisantes, ou qu’elles conduisaient à une réduction dans la variation géographique. Néanmoins, elle a démontré que les directives qui recommandent une prestation ont tendance à être suivies de plus près que celles qui en déconseillent. Pour les assurés des « managed-care models », la fourniture de prestations tend à davantage correspondre aux directives médicales que pour les autres types d’assurés. Dans le même temps, des franchises plus élevées correspondraient à une utilisation plus faible des prestations, aussi bien recommandées que déconseillées. Enfin, il a été prouvé que le respect des directives médicales correspondait à des coûts de la santé moins élevés. Toutefois, une corrélation avec une mortalité plus faible n’a pas pu être démontrée en raison de limites dans les données utilisées.

Importance des résultats pour la recherche

L’analyse des variations géographiques dans la fourniture de prestations ouvre la voie à une amélioration de la recherche sur les déterminants du processus de décision médicale.

Importance des résultats pour la pratique

Les preuves scientifiques influencent moins les différences régionales dans la fourniture de prestations médicales qu’anticipé. Les « managed care models » tendent à favoriser les prestations basées sur des directives. En contrepartie, des franchises plus élevées empêchent l’utilisation non seulement de prestations déconseillées mais aussi de prestations recommandées. Des incitations financières différenciées pourraient contribuer à une meilleure prise en compte des directives et recommandations fondées sur des preuves.

Titre original

Geographic variation in the utilisation of health care interventions: what is the role of recommendations and other influences?

Responsables du projet

Requérant:

  • Prof. Dr. Matthias Schwenkglenks, MPH, Institut für Epidemiologie, Biostatistik und Prävention, Universität Zürich

Autres requérants:

  • Dr. Holger Dressel, Institut für Epidemiologie, Biostatistik und Prävention, Universität Zürich
  • Dr. Viktor von Wyl, Institut für Epidemiologie, Biostatistik und Prävention, Universität Zürich
  • Dr. Klazien Matter-Walstra, European Center of Pharmaceutical Medicine (ECPM), Universität Basel

Partenaires du projet:

  • Dr. Oliver Reich, Department of Health Sciences, Helsana Insurance Group
  • Prof. Leonhard Held, Institut für Epidemiologie, Biostatistik und Prävention, Universität Zürich

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Prof. Dr. Matthias Schwenkglenks Leiter Arbeitsbereich Medizinische Ökonomie Institut für Epidemiologie, Biostatistik und Prävention (EBPI) Universität Zürich Hirschengraben 84 8001 Zürich +41 44 634 47 04 matthias.schwenkglenks@uzh.ch

A ce sujet