Navigation

01 L’expérience des patientes contribue à l’amélioration des soins pour les migrantes

 

L’étude a identifié les facteurs sociaux, économiques et culturels qui façon-nent les inégalités relatives à la migra-tion dans les soins pour les femmes atteintes de maladies chroniques en Suisse. Sur la base de l’expérience des patientes et de leur participation à toutes les phases du projet, des re-commandations concrètes pour amé-liorer l’accès aux soins ont été élabo-rées.

Portrait / description du projet (projet de recherche terminé)

L’étude s’est concentrée sur des migrantes d’origine portugaise, turque et allemande souffrant de maladies chroniques, ainsi que sur des suissesses. 48 entretiens et deux focus groups avec des patientes ainsi que 12 entretiens avec des prestataires de santé et de services sociaux ont été menés. Sur la base de ces résultats, des dialogues multipartites ont été menés avec les représentant-e-s des institutions suisses pertinentes ainsi qu’avec des patientes. Des recommandations visant à améliorer les soins et à réduire les inégalités sociales ont été formulées.

Contexte

La Suisse dispose d’un système de santé développé. Néanmoins, l’accès aux soins est limité pour divers groupes de population. Par exemple, les femmes migrantes ont plus rarement recours à certaines prestations de santé que le reste de la population, bien qu’elles souffrent plus fréquemment de maladies chroniques. Jusqu’à présent, l’expérience pratique des patientes concernées a rarement été intégrée dans la description du problème et les femmes elles-mêmes ne sont guère impliquées dans l’élaboration de solutions.

Objectif

L’objectif de l’étude était d’explorer les causes des inégalités dans l’accès et le recours aux prestations de santé. Il s’agissait d’exposer la manière dont les migrantes souffrant de maladies chroniques expérimentent le système de santé, les déficits qu’elles perçoi-vent ainsi que les ressources qu’elles mobilisent et apportent au système de santé. Sur cette base, de nouvelles approches visant à améliorer l’accès aux soins devraient être développées avec la participation des patientes concernées et des expert-e-s issu-e-s du monde scientifique et de la pra-tique.

Résultats

Concernant l’amélioration des soins pour les patientes souffrant de mala-dies chroniques et ayant un parcours migratoire, les besoins d’action sui-vants ont plus particulièrement été identifiés:

  • Réduction des obstacles à l’accès en promouvant des services de soutien multilingues au niveau de la communauté et du quartier (in-formations sur les services so-ciaux, les prestations de santé et les groupes d’entraide, les mo-dèles et prestations d’assurance ainsi que les droits des patient-e-s).
  • Participation active des patientes en tant qu’expertes de leur mala-die et promotion d’une relation de confiance entre les patientes et les professionnel-le-s de la san-té.
  • Création d’offres de formation ciblées pour les professions de la santé et du social sur la gestion (inter-)professionnelle des défis sociaux et administratifs ainsi que sur les approches transculturelles et transcatégoriques dans le tra-vail avec les patientes atteintes de maladies chroniques.

Importance des résultats pour la recherche et la pratique:

La présente étude est la première en Suisse à examiner les relations entre l’état de santé déclaré par les mi-grantes, les besoins ressentis, leur expérience du système de santé, leurs ressources et leur utilisation. Elle place les rapports des patientes au centre de la recherche. Cette ap-proche participative, qui se situe dans la nouvelle « pratique sociale en sciences de la santé publique », ac-croît les chances que les résultats et les recommandations soient effecti-vement mis en œuvre dans la pra-tique.

Titre original

Migrant Women’s Health Care Needs for Chronic Illness Services in Switzerland (MIWOCA)

Responsables du projet

Requérant:

  • Prof. Dr. Dr. Thomas Abel, Institut für Sozial- und Präventivmedizin, Universität Bern

Partenaires du projet:

  • Dr. Annika Frahsa, Institut für Sportwissenschaft, Universität Tübingen
  • Prof. Sibel Sakarya, School of Medicine, Koç University, Istanbul
  • Prof. Sandro Cattacin, Département de Sociologie, Faculté des Sciences de la Société, Université de Genève

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Prof. Dr. Dr. Thomas Abel Universität Bern
Institut für Sozial- und Präventivmedizin
Finkenhubelweg 11 3012 Bern +41 31 631 35 12 thomas.abel@ispm.unibe.ch

A ce sujet