Navigation

23 Les incitations financières n'influencent qu'indirectement la qualité du traitement du diabète

 

Les incitations financières visant à améliorer la qualité du traitement des patients diabétiques n'ont pas d'effet significatif sur les indicateurs de qualité directement promus. Toutefois, on peut observer un effet indirect de l’intervention sur d’autres indicateurs de qualité qui n’ont pas bénéficié d’incitations financières.

Portrait / description du projet (projet de recherche terminé)

L'essai randomisé contrôlé se basait sur les données FIRE. 71 médecins de famille de 43 cabinets différents et 3'838 patient-e-s diabétiques ont été inclus dans l’analyse. Les médecins traitants du groupe d’intervention et de contrôle ont reçu tous les deux mois un rapport sur l’état de santé de leurs patients diabétiques pour deux indicateurs de qualité : le pourcentage de patient-e-s qui ont reçu au moins une mesure de l’HbA1c au cours des 12 derniers mois et ceux qui ont reçu une mesure de la pression artérielle et qui ont atteint la valeur cible recommandée. Les médecins du groupe d'intervention ont également été informés qu'ils recevaient une compensation financière de 75 CHF pour chaque point de pourcentage amélioré à la fin de la phase d'intervention. En outre, quatre indicateurs de qualité ont été inclus dans l’étude, mais ils n’ont pas été divulgués aux médecins.

Contexte

Les incitations financières peuvent servir à promouvoir la qualité du traitement médical. En l’absence de de dossiers électroniques du patient et à cause du manque de données de traitement standardisées provenant de cabinet de médecins généralistes suisses, l’efficacité de telles incitations dans le secteur ambulatoire reste toutefois peu connue. La base de données FIRE, à laquelle plus de 600 médecins généralistes de Suisse alémanique ont volontairement contribué pendant 10 ans, permet désormais d'étudier l’efficacité de ces mesures d'amélioration de la qualité.

Objectif

L’étude visait à utiliser des indicateurs de qualité afin de vérifier si l’octroi d’incitations financières aux médecins de famille se traduisait par un traitement plus efficace des cas de diabète. En outre, la relation entre les caractéristiques des médecins traitants, des cabinets et des patient-e-s a été examinée en ce qui concerne la qualité du traitement.

Résultats

L'étude n'a pas pu démontrer un effet significatif des incitations financières visant à améliorer la qualité du traitement des patients diabétiques sur les indicateurs de qualité directement promus. La proportion de patient-e-s qui ont reçu au moins une mesure de l’HbA1c au cours des 12 derniers mois et ceux qui ont fait mesurer leur pression artérielle et ont atteint la valeur cible recommandée est restée inchangée. Toutefois, l’intervention a eu un effet indirect sur deux autres indicateurs de qualité qui n’ont pas bénéficié d’incitations financières. En outre, les caractéristiques des médecins traitants, des cabinets de médecins de famille et des patient-e-s étudiés ne présentaient aucune ou peu de corrélation avec les indicateurs de qualité ; elles ne pouvaient expliquer qu’une petite partie des variations observées. Cela signifie que des éléments explicatifs importants manquaient dans l’étude.

Importance / Application

Importance des résultats pour la recherche

Il s'agit de l’un des rares essais contrôlés randomisés à étudier l'effet des incitations financières directes sur la qualité du traitement et le premier à être mené dans un système de santé européen.

Importance des résultats pour la pratique

Le contrôle de la qualité en lien avec les incitations financières est actuellement en plein développement et cette étude fournit des preuves importantes sur l’efficacité de telles incitations.

Titre original

Impact of financial incentives to improve quality indicators in diabetes patients

Responsables du projet

Requérant:

  • Prof. Dr. med. Thomas Rosemann, Institut für Hausarztmedizin, Universitätsspital Zürich

Autres requérants:

  • Dr. Corinne Chmiel, Institut für Hausarztmedizin, Universität Zürich
  • Prof. Oliver Senn, Institut für Hausarztmedizin, Universität Zürich
  • Dr. Sima Djalali, Institut für Hausarztmedizin, Universität Zürich

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Prof. Dr. med. Thomas Rosemann Universitätsspital Zürich Institut für Hausarztmedizin Pestalozzistrasse 24 8091 Zürich +41 44 255 90 99 Thomas.Rosemann@usz.ch

A ce sujet